L'épilepsie

 

Il n'existe pas " une maladie épileptique " uniforme, mais plusieurs formes d'épilepsies avec des causes et des signes cliniques différents, l'ensemble formant un éventail très large d'épilepsies. La classification internationale des épilepsies et des syndromes épileptiques (1981) prend en compte différents paramètres : d'une part le type et le mécanisme des crises et d'autre part, la cause de l'épilepsie et les données électroencéphalographiques.
On distingue deux grands types de crises d'épilepsies : les crises généralisées (30% des cas) et les crises partielles ou focales (60 %), auxquelles il faut ajouter 10% d'épilepsies cryptogéniques.
Les crises partielles sont plus fréquentes chez l'adulte et le sujet âgé et les crises généralisées sont plus fréquentes chez l'enfant
Les crises généralisées :
Elles mettent d'emblée en jeu les deux hémisphères du cerveau. Il existe au moins trois types de crises rencontrées chez l'adulte :
  • Les crises tonico-cloniques très impressionnantes, (autrefois appelées " grand mal ") se manifestant par une perte de connaissance avec chute accompagnée de mouvements convulsifs et parfois de perte d'urines.
Les myoclonies qui sont des secousses isolées massives bilatérales et brèves sans perte de conscience.
Les absences se traduisant, comme leur nom l'indique, par une brève rupture du contact, typiquement isolée.
  • Les crises partielles ou focales :
  • Elles démarrent en un point bien précis du cortex cérébral. Les signes et les symptômes dépendent donc de l'origine et de la propagation des décharges et sont extraordinairement variés.
  • On distingue les crises partielles simples qui n'entraînent aucune altération de la conscience des crises partielles complexes qui, à l'inverse, s'accompagnent d'un trouble de la conscience pendant la crise.
  • Ces crises partielles sont susceptibles de se généraliser secondairement pour devenir des crises tonico-cloniques.
     
    A l'intérieur de ces deux groupes, figurent des subdivisions qui rendent compte des différentes causes de l'épilepsie. On distingue ainsi les épilepsies idiopathiques, symptomatiques et cryptogéniques.
    • Les épilepsies idiopathiques :
      Liées à l'âge (enfance, adolescence) et probablement d'origine génétique, ces épilepsies sont le plus souvent bénignes et ne comportent pas de lésions cérébrales. Elles s'accompagnent d'un examen neurologique et radiologique normal.
    • Les épilepsies symptomatiques :
      Elles sont la conséquence d'une lésion cérébrale connue et/ou visualisée. Par exemple, elles peuvent être dues à une lésion malformative du cerveau, un accident vasculaire cérébral, ...
    • Les épilepsies cryptogéniques :
      Pour ces épilepsies, une lésion cérébrale est suspectée d'être la cause de l'épilepsie. Toutefois, cette cause ne peut être prouvée par les moyens diagnostiques actuels.

    Un certain nombre d'épilepsies qualifiées auparavant de cryptogéniques seraient en fait des épilepsies symptomatiques car des lésions cérébrales sont aujourd'hui diagnostiquées grâce à l'évolution permanente des appareils de diagnostic (Imagerie par résonance magnétique -IRM- ou scanner).

 

75 à 80% des enfants souffrant d'épilepsie voient leurs crises disparaître à l'adolescence ou à l'âge adulte à la suite d'un traitement anti-épileptique. Les crises d'épilepsie n'ont souvent pas d'incidence irréversible sur l'intelligence ou les capacités d'acquisition de l'enfant.

 De nombreux enfants épileptiques ont une scolarité normale.

Néanmoins, quelques uns d'entre eux présentent des troubles du comportement, des difficultés d'apprentissage (lecture, écriture, calcul) associés à leur maladie épileptique et qui peuvent retentir sur leur scolarité. D'autres souffrent de forme sévère d'épilepsie le plus souvent secondaire à une pathologie cérébrale et associée à des troubles psychomoteurs. Il existe aussi des épilepsies pharmaco-résistantes où la maladie n'est pas équilibrée par les traitements. Les crises peuvent avoir un retentissement sur la vie scolaire, familiale et sociale de l'enfant.

Le médecin expliquera à la famille de quel type d'épilepsie souffre le jeune patient, ce que l'on peut attendre des traitements actuels et quel mode de surveillance il faudra adopter face aux crises afin que l'enfant ait une vie la plus proche possible de la normale.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site